Chrysanthèmes: Programmes de fertilisation

S’il existe une variété de programmes de fertilisation efficaces pour les chrysanthèmes, on doit reconnaître que les engrais ne sont pas le seul et unique moyen de produire des plantes de première qualité. La gestion de l’arrosage, en particulier durant les premières phases de leur croissance, joue un rôle déterminant sur la taille, la forme et la qualité des chrysanthèmes. Il serait donc plus approprié de dire que les résultats souhaités découlent tant de la fertilisation que des pratiques d’arrosage.
Cultiver une plante de qualité, atteignant la taille et la robustesse désirées, nécessite un équilibre entre les applications d’engrais et d’eau potable. Indépendamment de la formulation de l’engrais utilisée et de son taux d’application, un stress dû à la sécheresse – en particulier lors des phases initiales de croissance – peut engendrer la production de tiges plus ligneuses et de plantes plus petites de moindre qualité. Maintenir les boutures en croissance active durant les cinq premières semaines de la production est essentiel pour obtenir une structure suffisamment solide et robuste pour supporter une plante bien ramifiée. Permettre le flétrissement des plantes pendant les premières phases de leur croissance peut restreindre le processus de ramification, en particulier une fois qu’on a procédé au pincement des boutures établies.

Penchons-nous maintenant sur un programme de fertilisation simplifié qui tiendra compte des différentes phases de croissance des chrysanthèmes.


Phase 1 (croissance végétative initiale)

À ce stade, l’objectif est d’induire une forte croissance végétative. Les chrysanthèmes répondent bien aux engrais ammoniacaux (tels que les engrais 20-10-20) jusqu’à deux ou trois semaines après les avoir pincés. De l’azote ammoniacal distribué à des niveaux modérés encouragera la production de feuilles inférieures plus grandes, stimulera le développement des pousses latérales et solidifiera les tiges pour obtenir la structure robuste nécessaire au soutien d’une plante bien ramifiée.
Voici une mise en garde s’adressant aux producteurs situés plus au nord qui sont susceptibles de rencontrer des températures froides et des conditions de faible luminosité lorsque vient le temps de déplacer leurs plantes à l’extérieur : l’utilisation d’engrais tout usage 20-20-20 ou d’autres fertilisants à haute teneur en ammoniac peut ralentir la croissance des plantes si les températures froides des substrats persistent. Un terreau à basse température ralentit l’activité des bactéries nitrifiantes qui permet de décomposer l’azote sous une forme utilisable. Il est également important de noter que la haute teneur en P de ces engrais tout usage dépasse largement les besoins de la plante. Une haute teneur en P favorise l’étiolement de la plante.

Phase 2 (croissance modérée)

Une fois que les plantes sont en plein développement, il est important d’entreprendre un plan de fertilisation qui va commencer à ralentir sa croissance végétative rapide. Commencez à alterner l’engrais 20-10-20 avec un engrais à base de calcium. On peut poursuivre ce programme nutritionnel jusqu’à ce que les boutons floraux soient à peine visibles. Au fur et à mesure que les bourgeons se développent, passez progressivement à des applications plus fréquentes d’engrais à base de calcium. Une formulation à base de calcium avec un plus bas taux d’ammoniac entraînera la production d’une zone foliaire supérieure de petite dimension, ce qui permettra à la lumière de traverser la canopée, réduisant ainsi les risques de perte des feuilles inférieures en raison d’un manque de lumière. Soyez toujours prêt à alterner les formulations de fertilisants afin d’obtenir le modèle de croissance souhaité.

Phase 3 (phase de renforcement)

Un bon contrôle de la hauteur des plantes et un ajustement adéquat du programme de fertilisation lors de la période de maturation des bourgeons permettront d’éviter le développement trop rapide des plants ou l’atteinte hâtive de la hauteur idéale. Lorsque les plantes en arrivent aux phases finales de croissance, la question du ratio potassium/azote doit être adressée. Si vous rencontrez les impacts d’une croissance excessive attribuable à une teneur en azote trop élevée, vous pourriez alors avoir à utiliser des engrais avec un rapport potassium/azote plus élevé. Lorsque vous utilisez du calcium ou un taux de potassium plus élevé, n’oubliez pas de compléter votre régime de fertilisation avec du magnésium afin d’éviter une carence en magnésium causée par l’antagonisme de ces deux éléments.

En conclusion, commencez en laissant un espacement optimal entre les plantes, n’imposez pas de stress aux jeunes plants durant les 4 à 5 premières semaines de leur croissance, assurez-vous de maintenir un taux d’humidité adéquat et ajustez le choix des engrais en fonction de la phase de croissance et de la taille des plantes que vous souhaitez obtenir.

Veuillez remplir ce formulaire pour obtenir l'article en format pdf

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.