Production de poinsettias – Phase 1

Par Brian Cantin, Conseiller sénior aux producteurs

De l’initiation florale à la floraison

La période durant laquelle l’initiation florale des poinsettias se produit naturellement se situe entre les 18 et 27 septembre. Aussi longtemps que la durée du jour n’est pas modifiée artificiellement, les cultivars vont fleurir 7 à 10 semaines après le début de cette initiation florale, selon le temps de réponse propre à chaque variété. L’initiation florale est déclenchée par une photopériode critique de 12 à 12,5 heures, combinée à des températures nocturnes inférieures à 21,1°C (70°F). La date réelle où ces critères sont réunis peut être affectée par les conditions environnementales. Des journées nuageuses et des nuits fraîches donneront une initiation florale plus hâtive, alors que des journées chaudes et ensoleillées pourraient entraîner une initiation florale plus tardive.

Température

Au moment de l’initiation florale, les températures nocturnes devraient descendre entre 20 et 21,1°C (68 et 70°F). Des températures nocturnes supérieures à 22,8°C (73°F) peuvent retarder la floraison. Après l’initiation florale, le développement des fleurs devient un processus continu dont le point culminant est l’anthèse, c’est-à-dire l’émission à partir des fleurs (cyathium) des premiers grains de pollen visibles. Les différentes étapes de développement de la fleur peuvent être reconnues au moyen de plusieurs indicateurs visibles. L’étape où le premier bourgeon à fleurs (cyathium) est visible à l’oeil s’appelle tout simplement bourgeon visible. L’étape de la première couleur désigne celle où un premier changement de couleur est visible sur les bractées vertes dans leur transition vers leur couleur finale. Règle générale, avec des températures nocturnes de 21,1°C (70°F), l’étape de l’initiation florale a lieu 14 à 18 jours après le début des jours courts (JC), celle de la première couleur 30 à 32 jours après les JC, celle du bourgeon visible 35 à 39 jours après les JC, et celle de l’anthèse 54 à 59 jours après les JC.

Une fois les couleurs des bractées apparues, le maintien de la bonne température quotidienne moyenne sera essentiel à leur développement. Pour maximiser la taille des bractées, il est important que les températures quotidiennes soient de 20 à 21,1°C (68 à 70°F). Dans la mesure du possible, il faut essayer d’éviter des températures supérieures à 23,9°C (75°C), ce qui peut donner des
bractées très grandes, mais aussi très tendres, et se traduire par des problèmes après-récolte.

Arrosage

Lorsque les jours commencent à raccourcir et que la qualité de la lumière diminue, le taux de transpiration des plantes se trouve réduit ; il est alors très facile de sur-irriguer les plantes. Restez au fait des prévisions météorologiques et tenez-en compte dans vos pratiques d’arrosage. Il est particulièrement important d’éviter les arrosages abondants juste avant de longues périodes de temps gris et froid.

Fertilisation

Peu de temps après son initiation florale, lorsque le poinsettia amorce sa transition de la phase de croissance végétative vers la phase de développement de ses fleurs et ses bractées, la plante exige moins de nutriments. Surveillez attentivement la conductivité électrique des terreaux afin d’éviter que la teneur en sels ne soit trop élevée avant que cette phase de transition ne débute.
Après le pincement, afin de favoriser la croissance optimale des feuilles, il faut voir à ce que 30 % de l’azote global soit administré sous forme d’ammonium. À la fin-septembre, alors que les plantes et leurs feuilles devraient avoir atteint la croissance désirée, le taux d’azote sous forme d’ammonium devrait être réduit pour ne constituer que 15 % de l’azote global. Ce niveau permet de soutenir la croissance de mi-saison ou de fin de saison et de prévenir les problèmes de qualité après-récolte.

Régulateurs de croissance

Même si la phase de croissance rapide est terminée après le pincement, des risques d’étiolement subsistent durant les semaines 40 à 44. Pour garder les plantes dans la plage de hauteur désirée, essayez de mettre en place une méthode qui permette de surveiller la croissance avant cette période d’expansion optimale des bractées. Éviter l’application de régulateurs de croissance des plantes (RCP) pendant cette phase finale du développement est souvent recommandé afin de ne pas nuire à l’expansion des bractées. Toutefois, si des plantes de grande taille justifient une application de régulateurs de croissance au cours de cette période, une modification du mode d’application ou encore l’utilisation de RCP spécifiques seraient à envisager.

Maladies

Une bonne connaissance des infections latentes est essentielle pour lutter contre les maladies les plus courantes des poinsettias, telles que le Botrytis et l’oïdium. Une infection latente n’est pas visible ; elle demeure inactive ou en dormance jusqu’à ce que les conditions favorables à sa manifestation soient réunies. Les infections fongiques latentes des plantes ne présentent aucun symptôme jusqu’à ce que les spores commencent à germer lorsque les conditions le permettent.

Dans le cas du Botrytis, les spores fongiques (conidies) servent d’inoculum initial. Après s’être déposées sur les surfaces de la plante, les conidies peuvent demeurer en dormance pendant au moins trois semaines avant de germer. À l’automne, ces maladies fongiques peuvent se répandre, sans qu’on ne s’en aperçoive, situation qui exige une gestion efficace du chauffage et de la ventilation pour assécher l’atmosphère de la serre à la fin de la journée. En tant que producteur, je me répète souvent le vieil adage qui dit : « Paie un peu aujourd’hui pour les frais de chauffage et de ventilation, ou paie beaucoup par la suite pour les fongicides et les plantes perdues. »

Lisez Production de poinsettias – Phase 2 >

Veuillez remplir ce formulaire pour obtenir l'article en format pdf

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.