Production de poinsettias – Phase 5

Par Brian Cantin, Conseiller sénior aux producteurs

Exigences d’après production

En tant que producteurs de poinsettias, nous ne pouvons négliger les pratiques visant à augmenter la longévité postproduction. Le principal objectif est de produire un poinsettia de qualité au bon stade de son développement. À partir de la mi-novembre jusqu’à la livraison, de nombreux facteurs, tels que la fertilisation, l’arrosage, les conditions environnementales, la maturité de la plante, la santé de son système racinaire ou encore les pratiques d’emballage peuvent avoir un effet majeur sur la qualité postproduction du poinsettia, soit après que le client l’ait acheté.

Taux d’engrais et arrosage

Il faut diminuer l’apport en fertilisants avant que les plantes soient prêtes à être livrées, mais pas au point d’éliminer entièrement les applications d’engrais. Un bon suivi de la teneur en sels du substrat tout au long du processus de croissance nous permet d’être en contrôle et de réduire au moment opportun les applications de 25 % à 50 % par rapport aux taux nécessaires lors des premières phases de la production. On peut éviter la dégradation des racines et l’apparition de brûlures aux marges des bractées en diminuant progressivement la teneur en sels et en réduisant
les applications d’azote jusqu’à entre 80 et 100 ppm. Durant cette phase finale, on a souvent tendance à négliger la gestion de l’arrosage parce qu’on est débordé par toutes les commandes que l’on a à remplir. Gardez un plein contrôle des pratiques d’arrosage pour éviter tout surplus d’eau dans la serre. Si l’on recouvre les pots avec un emballage décoratif alors qu’ils sont saturés d’eau, ceux-ci se draineront dans l’emballage même… Une fois dans des cartons fermés, ce surplus d’humidité constitue l’environnement parfait pour la propagation du Botrytis ou du Pythium, causant ainsi des dommages aux racines.

Environnement de la plante

Règle générale, les conditions météorologiques se détériorent à l’approche de la fin de production. Si l’on ne réagit pas adéquatement à ces changements, on risque de perdre plusieurs plantes avant même leur livraison. À ce stade de leur croissance, les poinsettias sont souvent très fournis et donc plus vulnérables au Botrytis ou à d’autres agents pathogènes. Dans la mesure du possible, essayez de maintenir une atmosphère sèche et de permettre la circulation d’air à travers la canopée végétale. Certes les mesures de chauffage et de ventilation nécessaires représentent des coûts supplémentaires, mais ces coûts ne sont rien comparés à la perte d’une récolte causée par le Botrytis ou l’oïdium.

Santé des racines

Comme nous le mentionnions plus haut, le rythme effréné de l’emballage et l’expédition peut mener à adopter des pratiques d’arrosage irrégulières. C’est pourquoi il faut surveiller de près les conditions du système racinaire lors des 3 ou 4 dernières semaines de la production. Le recours à un fongicide pourrait être nécessaire.

Maturité

Les poinsettias ont une plus grande longévité après production quand ils sont vendus au moment de l’apparition du pollen. Les cyathes ayant déjà perdu tout leur pollen sont trop matures et peuvent avoir moins d’attrait aux yeux du consommateur. D’un autre côté, les couleurs des cultivars rouges ne pourront s’épanouir complètement s’ils sont expédiés avant qu’ils aient atteint leur pleine maturité. Le moment où la plante arrive à maturité et qu’elle est prête à être commercialisée est en grande partie lié à la température quotidienne moyenne. Ainsi, un bon contrôle des températures
diurnes et nocturnes aidera à cibler la date de maturité désirée, soit le moment où les poinsettias sont dans une condition optimale en termes de couleurs et d’apparition du pollen.

Mise en housse

Gardez les plantes dans leur housse le moins longtemps possible afin de réduire les risques d’épinastie. Ne placez pas les plantes dans leur housse le vendredi quand elles doivent être livrées le lundi.
Une plante laissée trop longtemps dans sa housse a tendance à devenir flasque. La mise en housse doit être faite le plus près possible du moment où la plante doit quitter la serre. J’ai souvent vu des plantes mises en housse qu’on a laissées sur des bancs exposés au soleil, ce qui a entraîné une accumulation de condensation à l’intérieur de la housse et produit des conditions d’humidité propices à la propagation du Botrytis.

Lisez Production de poinsettias – Phase 6 >

Veuillez remplir ce formulaire pour obtenir l'article en format pdf

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.