Production de poinsettias – Phase 6

Par Brian Cantin, Conseiller sénior aux producteurs

Du pincement au début des jours courts

Le pincement des poinsettias devient une activité tellement routinière qu’on a tendance à oublier les conditions qui doivent lui être préalables :

  1. Il faut toujours s’assurer que le système racinaire des plantes est suffisamment développé vers l’extérieur du substrat de culture dans les pots. Une insuffisance racinaire peut entraîner un ralentissement de la croissance des repousses ou causer une croissance inégale, réduisant de la sorte le nombre de repousses viables.
  2. Avant de procéder au pincement, il est important de contrôler la croissance de la plante de manière à ce que, une fois pincée, on obtienne des entre-noeuds courts. Garder les entre-noeuds courts permet d’avoir des bractées de taille uniforme et de s’assurer
    qu’elles sont toutes au-dessus de la canopée végétale. Un contrôle de la croissance pendant la période de propagation et préalable au pincement, va favoriser le développement d’une plante ayant une structure dense. Une bonne gestion de la distance entre les feuilles et un pincement effectué au moment opportun permettent d’obtenir des plantes commercialisables aux bractées de hauteur uniforme.
  3. Le moment choisi pour procéder au pincement joue un rôle primordial sur la qualité des plantes à maturité. Une période d’environ sept à quatorze jours longs entre le pincement et le début des jours courts laisse assez de temps pour que se développent des pousses de longueur adéquate et qu’apparaissent les bractées désirées. La vigueur et le type de croissance des cultivars produits dicteront s’il faut augmenter ou diminuer le nombre de jours longs entre le pincement et le début des jours courts. La durée de l’intervalle entre le pincement et le début des jours courts aura une grande influence sur la hauteur et sur la taille de la plante à maturité.

Ainsi, afin d’obtenir le nombre de feuilles recherché (approprié à la taille du pot), il est important d’évaluer le moment le plus approprié pour effectuer le pincement par rapport au début des jours courts.

Deux techniques de pincement

Il existe deux techniques de pincement, soit le pincement de la tige et le pincement du bourgeon. Lorsqu’on procède au pincement de la tige, on enlève plusieurs feuilles ainsi que le méristème apical. Cette technique a tendance à donner des repousses rapides d’une longueur uniforme. Y recourir permet de rencontrer moins de problèmes avec les pousses dominantes. Le pincement du bourgeon, technique où l’on enlève seulement l’apex, a tendance à donner des repousses plus lentes en raison de l’effet de dominance apicale des feuilles immatures qui restent sur la bouture. Si l’on choisit d’effectuer le pincement du bourgeon, il faut également enlever des feuilles afin d’obtenir des repousses plus uniformes. Le nombre de fleurs par pot est dicté par la quantité de noeuds (feuilles) laissés sur la tige après le pincement. Il faut prendre en considération le fait que le noeud ou les deux noeuds inférieurs ne peuvent pas donner une pleine production de bractées au moment
de la floraison. Par contre, laisser un trop grand nombre de noeuds (soit plus de 7 ou 8) se traduira par la production d’un trop grand nombre de ramifications, ce qui pourrait amener des tiges à se rompre lors des opérations d’emballage et de livraison des plantes.

Prévenez le stres d’après-pincement

Des conditions de stress (températures élevées, grande quantité de lumière, faible taux d’humidité) rencontrées avant et après le pincement peuvent nuire au développement des bractées. Brumiser les plantes, leur procurer de l’ombre, arroser les planchers (s’il vous est possible de le faire dans vos serres) sont autant de mesures recommandées pour prévenir le stress après-pincement. La fertilisation après-pincement coïncide avec une phase de croissance rapide. Autrefois, on croyait que les poinsettias avaient besoin de beaucoup de fertilisants. Or, si c’est le cas des cultivars à feuillage clair, ce ne l’est pas des cultivars à feuillage foncé. Ces derniers utilisent l’azote de manière plus efficace et ont besoin de moins de nutriments. Les variétés à feuillage clair exigent donc un plus grand apport en azote que celles à feuillage foncé. Pour avoir du succès avec les poinsettias, il faut augmenter rapidement la fertilisation au début de la production et savoir quand il faut la diminuer vers la fin. Chacune des phases de croissance des poinsettias dictera le rapport optimal d’azote nitrique et ammniacal qu’il faut utiliser pour obtenir une croissance végétative rapide, une bonne initiation florale et une qualité après-récolte satisfaisante. Afin d’éviter de compromettre la récolte, il est important d’être proactif et de contrôler le pH et la teneur en sels solubles sur une base régulière. Il faudrait également procéder à l’analyse du substrat pour assurer le contrôle de sa teneur en calcium et en magnésium, deux nutriments très importants dans la production de poinsettias.

Température

Le taux de croissance des poinsettias est principalement influencé par la température quotidienne moyenne. On peut moduler la température pour déterminer le nombre de feuilles qui se déploient chaque semaine et ainsi prévoir le nombre total de feuilles qui seront ouvertes. Du même coup, on pourra connaître le nombre d’entre-noeuds qui leur correspondent et ainsi préparer un programme de contrôle de hauteur efficace. Autant que possible, essayez de garder les températures nocturnes autour de 70-73°F (20-21°C) jusqu’à trois semaines après le pincement. Cette mesure favorise une croissance robuste et donne des branches plus fortes. Régulateurs de croissance Il faut commencer le contrôle et la gestion de la longueur des entre-noeuds des feuilles après le pincement. Permettre l’allongement des premiers et deuxième entre-noeuds se traduira par la production de tiges faibles et il vous sera alors difficile d’atteindre la hauteur cible que vous visez pour obtenir des plantes commercialisables. Comme il existe plusieurs RCP sur le marché, le seul conseil que je peux vous donner est de lire attentivement les étiquettes, incluant les recommandations sur les méthodes d’application et les mises en garde au sujet de la phytotoxicité et des conditions environnementales qui pourraient altérer l’efficacité du produit.

Conclusion

Produire des poinsettias de qualité supérieure exige d’avoir une attention soutenue à leurs conditions de croissance. S’assurer d’une bonne longévité après production, c’est le moins que vous puissiez faire pour vous et pour votre clientèle. Après tout, un client satisfait n’est-il pas un client qui revient ?

Veuillez remplir ce formulaire pour obtenir l'article en format pdf

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.